"La performance des entreprises est aujourd’hui indissociable de leur réactivité en terme de réponse aux marchés, de délai de conception, de prise en compte des normes et des réglementations, de communication ... C’est l’ensemble de ces exigences qui a contribué à l’avènement de l’offre MES. "  

 

  Le second mot-clé du MES est System (Manufacturing Execution System).  
 

Le MES est un système et la capacité d’interaction des différentes fonctions est une clé de son efficacité

Le vrai rôle du MES est l’optimisation de l’outil de production, suivant le schéma Connaître, Analyser et Améliorer, étapes mettant chacune largement à profit les technologies informatiques, mais nécessitant également chacune une expertise humaine.

Les clés de son succès seront évidemment des solutions matérielles adaptées, qu’il s’agisse d’architecture informatique et de réseau bien sûr mais également d’acquisition des données, d’interface opérateurs, car aucun bénéfice ne pourra résulter du traitement de données erronées, que les causes en soient matérielles ou humaines. Les solutions logicielles choisies devront également être mises en rapport avec les prérequis du MES : performance d’acquisition et de traitement, fiabilité, notion de système de fonctionnalités. La maîtrise de la mise en place par des compétences spécialisées d’intégration est également essentielle. Enfin l’adhérence à la norme S95 sera un atout certain tant dans la spécification du besoin que dans la mise en œuvre de l’application de MES.

   
     
"La performance des entreprises est aujourd’hui indissociable de leur réactivité en terme de réponse aux marchés, de délai de conception, de prise en compte des normes et des réglementations, de communication ... C’est l’ensemble de ces exigences qui a contribué à l’avènement de l’offre MES."

 

Le premier mot-clé du MES est Exécution (Manufacturing Execution System).

 

definition mes execution

Le MES n’est pas un simple lien entre l’ERP et le contrôle commande, puisqu’il assure l’exécution des fabrications . Un des principaux travaux du MESA, l'association américaine à but non lucratif, a été l’établissement d’une liste plus détaillée de fonctionnalités, connues comme les « 11 fonctions du MES ». Cette classification est d’un grand intérêt pour délimiter clairement le domaine du MES et évaluer la couverture des différentes offres. Pourtant force est de constater que le MES est encore mal connu, et que des écueils freinent dans l’esprit de l’utilisateur son implantation systématique.

Le premier de ces écueils est celui de « L’auberge espagnole ». Dans une auberge espagnole, chacun apporte ce qu’il veut manger. Quand l’installation du MES intervient, par exemple après celle de la supervision et de l’ERP, on tente d’y faire entrer tout ce que l’on n’a pu couvrir, sans pour autant avoir une démarche structurée, alors que l’implantation du MES, comme celle de l’ERP, nécessite ce travail d’analyse. Le second écueil vient, paradoxalement, du succès rencontré par les « 11 fonctionnalités du MES ». Quand on y regarde de plus près, ces onze fonctions se situent parfois à des niveaux différents. On parle de Gestion du Personnel et de Gestion des Ressources, pourtant le personnel est une ressource ! D’autre part certaines fonctions comme la traçabilité peuvent être considérées comme des fonctions opératoires (la recherche de la généalogie d’un lot par exemple), et comme un service mis à disposition des autres fonctions (il faut tracer les prises et fin de postes du personnel). Un troisième écueil vient du fait que les fonctionnalités du MES ne sont pas à proprement parler nouvelles. Les industriels n’ont pas attendu le MES pour calculer le TRS de leurs machines. Du coup, si l’on fait du MES sans le savoir, les solutions de MES risquent de ne rien apporter de nouveau.