Archives de l’auteur

assises
Le DSI est toujours soucieux de la cohérence l’ensemble des systèmes d’information de l’entreprise. Le projet ERP a renforcé la structure d’information de l’entreprise,
mais elle est menacée par le développement anarchique de la collecte des informations de production …
 
discussion
L’avis de l’expert
discussion
Le DSI apporte des arguments techniquement justes, et qui s’appuient sur plusieurs cas concerts. Par contre, il ne les transforme pas en valeur ajoutée pour l’entreprise.
En rappelant un peu maladroitement trois autres projets informatiques par leur initiales, il souligne que le MES va être le 4ème projet coûteux de ce type.

Comment lancer votre projet?

Cette présentation est issue d'une conférence organisée dans le cadre des Assises du MES. L'objectif de cette intervention était d'apporter des éléments concrets aux industriels qui souhaitent lancer un projet MES dans leur entreprise, notamment sur la préparation du projet et sa présentation à la direction.
Si de nombreux avant-projets MES n’aboutissent pas, c’est en grande partie dû au fait que ces études n’ont pas été préparées dans les règles de l’art. Il n’est pas facile de vendre un projet en interne ! Voyons comment améliorer cela et convaincre la direction générale en 30 minutes.

convaincre
L’atelier a été conçu en deux parties. Tout d’abord un jeu de rôles entre différents managers et leur directeur général,
où chacun à sa façon vient présenter le projet MES, obtenant des réactions « à chaud » de sa direction.
Le but de cette première partie est de mettre le doigt sur quelques arguments qui peuvent faire mouche, mais aussi sur quelques pièges à éviter.
Philippe Allot (ORDINAL Software) a pris le costume du directeur général, Christian Flachard (CREATIVE IT) celui des managers qui se présentent successivement à lui pour tenter
de défendre leur projet et les participants de l’atelier ont découvert sur leur chaise des cartons « OUI » ou « NON »
leur permettant d’indiquer s’ils se reconnaissaient dans les situations présentées…
La plupart des participants se sont reconnus dans ces « tranches de vie d’entreprise », aussi nous avons essayé de rendre cette partie plus vivante pour ceux qui n’y ont pas assisté
en vous la présentant sous forme d’un « chat ». Cette première partie montre aussi les limites de l’exercice, et la nécessité qu’il y a à préparer une présentation plus structurée
pour éviter d’affronter la direction en ordre dispersé.
La préparation de cette présentation plus structurée fait l’objet de la seconde partie de l’atelier. Car pour convaincre la direction, il faut aller la voir !
Cela peut paraître trivial, mais ce n’est pas un échange de quelques mots dans le couloir qui déclenchera un projet MES.
Il faut prendre rendez-vous pour le présenter dans un cadre suffisamment formel pour bénéficier de l’attention nécessaire de la direction.
Le fait qu’un concurrent sérieux en ait mis un en place peut vous aider à rendre le sujet d’actualité…

Comment lancer votre projet?

Cette présentation est issue d'une conférence organisée dans le cadre des Assises du MES. L'objectif de cette intervention était d'apporter des éléments concrets aux industriels qui souhaitent lancer un projet MES dans leur entreprise, notamment sur la préparation du projet et sa présentation à la direction.
Si de nombreux avant-projets MES n’aboutissent pas, c’est en grande partie dû au fait que ces études n’ont pas été préparées dans les règles de l’art. Il n’est pas facile de vendre un projet en interne ! Voyons comment améliorer cela et convaincre la direction générale en 30 minutes.

assise assises

En 30 mn chrono, sachez présenter un projet MES à votre direction !
Cela sonne un peu comme le titre d’une série d’action américaine, et pourtant l’expérience montre que les choses se passeront certainement de cette façon.
L’étude d’un projet MES aura souvent représenté des jours de réflexion, de collecte d’information, de discussion au sein de votre équipe et avec les acteurs concernés,
mais au final peu de temps vous sera accordé par la direction pour défendre votre projet. Hier l’ERP, aujourd’hui la virtualisation, le Cloud, la Business Intelligence, le Big Data, …etc.
les candidats ne manquent pas en effet pour conquérir les tranches de budget accordées avec parcimonie par la direction de votre entreprise.
Oui, nous constatons tous les jours chez nos clients industriels qu’il est parfois difficile de faire valider un projet MES par la direction.
Sans le feu vert et même l’appui de la direction, les projets les moins prioritaires risquent de rester en stand by plusieurs années.
Que les projets de MES subissent ce sort serait dommage pour l’industrie française car ces projets sont souvent porteurs de gains de productivité et d’amélioration de la qualité produits.
De nombreux documents ou études, à commencer par les travaux du MESA, et plus récemment par le livre blanc édité par le Club MES sur le ROI du MES, ont exploré les bénéfices concrets pouvant être apportés par un système MES.
Ces réflexions vont évidemment nourrir le travail d’argumentaire sur le fond pour un projet de MES.
Mais c’est sur la forme que l’atelier des Assises du MES présenté par Creative IT et ORDINAL Software a choisi de se concentrer.
Trente minutes pour convaincre c’est peu. Il n’y en a aucune à perdre pour donner toutes les chances à son projet MES d’obtenir un feu vert de la direction ou de la maison mère !

Comment lancer votre projet?

Cette présentation est issue d'une conférence organisée dans le cadre des Assises du MES. L'objectif de cette intervention était d'apporter des éléments concrets aux industriels qui souhaitent lancer un projet MES dans leur entreprise, notamment sur la préparation du projet et sa présentation à la direction.
Si de nombreux avant-projets MES n’aboutissent pas, c’est en grande partie dû au fait que ces études n’ont pas été préparées dans les règles de l’art. Il n’est pas facile de vendre un projet en interne ! Voyons comment améliorer cela et convaincre la direction générale en 30 minutes.

Analyse de la performance - Société Softal Groupe Péchiney Alcan


La société Softal est une filiale du groupe Pechiney Alcan qui s’occupe de la transformation de l’aluminium grâce au procédé de filage sur 3 sites différents.
Le site dont il est question est implanté au cœur de la Bourgogne au milieu des vignes à Nuits Saint-Georges.
Ses marchés sont entre autres : l’industrie, les véhicules industriels, l’automobile… Il s’appuie sur des moyens de production constitués de 1 presse de 2500 tonnes, 1 presse de 3400 tonnes, 4 fours de traitements et une ligne d’anodisation.
Caractéristiques :
62 millions d’euros de chiffre d’affaires
220 personnes
17500 m2 de bâtiments
20 000 tonnes de profils par an
Principe du filage:
Le principe du filage consiste à introduire une billette d’aluminium chauffée dans une presse et de faire passer le métal à travers un outil définissant la forme du profil.
De nombreux paramètres sont ainsi associés à chaque filière : température d’introduction du bloc, rampe de vitesse, vitesse de poussée, pression … (en tout une cinquantaine)
Les profils obtenus sont de toutes formes.
Contexte et enjeux :
Dans le cadre du progrès continu, Péchiney a mis en place un « Roadmap » qui guide les différentes actions à mener au niveau de la qualité, du personnel, de la production, de la maintenance et des délais. Sur le site de Nuits St-Georges, l’accent est mis sur le rendement des équipements, amélioration susceptible d’apporter des gains sensibles en terme de productivité et de meilleure connaissance de l’outil.
Au sein de l’ensemble du processus de fabrication (ligne) la presse est l’élément clé. Son fonctionnement semi-continu détermine directement la production globale du site car bien que fortement automatisé, le système nécessite un pilotage important (contrôle visuel, graissage, contrôle des paramètres…)
Une application de type TRS a donc été déployée sur les deux presses du site.
Présentation de la solution :
Les informations temps réel sont prises directement sur les automates existants et stockées dans une base relationnelle spécifique au TRS, le retour des indicateurs à destination des opérateurs s’effectue directement au sein des superviseurs de pilotage déjà installés. La diffusion des rapports de synthèse s’appuie sur le système d’information de la société. L’intégration du système s’est donc faite sans modifier fondamentalement les méthodes et outils déjà opérationnels.
Les variables exactes issues de la machine, complétées par des données opérateurs permettent de décomposer les temps de production en temps multiples (filage, temps morts, temps de changements de série, temps d’essai, temps de micro-arrêts ou arrêts techniques).
Associés aux informations concernant les produits, les équipes ou l’outillage, des indicateurs pertinents liés aux performances globales de la machine ou aux taux d’allure sont dégagés et affichés. Trois notions sont considérées : valeurs effectives, temps de référence et temps perdu.
Gains et perspectives:
Grâce à la mise en place d’indicateurs en liaison directe avec la latitude d’action des opérateurs (non prise en compte des pannes indépendantes de leur volonté par exemple), le gain immédiat a été de 3 % par presse équipée.
Cet outil va donc servir d’outil de validation et de contrôle pour l’ensemble des actions réalisées dans le cadre du progrès continu.

ACI - RENAULT
Une solution qui améliore le rendement de 250 machines. Grâce à un logiciel MES de suivi temps réel, le fabricant de modules de liaison au sol améliore et maintient les rendements opérationnels d'environ 250 machines implantées sur 31 lignes de fabrication.
ACI (Auto Chassis international) conçoit et produit des modules de liaison au sol (essieux, berceaux, bras de suspension) pour les grands constructeurs automobiles. Ce département de Renault qui emploie 4000 salariés réalise environ un milliard d'euros de chiffre d'affaires. Sa plus importante usine avec 2800 salariés est celle du Mans (Sarthe). Elle effectue depuis de nombreuses années des actions de suivi des performances de production. Jusqu'en 2002 elle utilisait des outils spécialisés par métier (soudure, montage, usinage, presse...). Puis, à la faveur de l'installation de 18 nouvelles lignes liées à la Mégane et à la Nissan Micra, les responsables de l'usine décident d'implanter une solution unique de suivi de production type MES pour toutes ces lignes (usinage, formage, emboutissage, montage, soudure, presses, cataphorèse) : la suite logicielle Producim de Courbon. La mise en œuvre, en relation avec Courbon pour le suivi des équipements, a nécessité près d'une année. Depuis, 31 lignes (dont 3 en Espagne) représentant environ 250 machines ont été équipées. Chaque ligne est équipée d'un poste d'acquisition qui reçoit les informations des automates et les envoie dans une base de données centrale Oracle. Les automates contrôlent en permanence quatre paramètres : l'état de la machine, le nombre et le type de pièces traitées, le type de défaut éventuel. Les performances des machines (courbes de productivité, diagrammes des états, écart par rapport aux objectifs, etc.) sont clairement affichées en temps réel sur les écrans qui ont été installés sur les lignes. Les données de certains écrans vidéo de grande taille (40 pouces) implantés au plafond sont même visibles jusqu'à 50 mètres ! Au niveau des machines, Producim permet une acquisition de données efficace et améliore la gestion des temps (fonctionnement, arrêts, réglages, pannes, maintenance), le comptage des pièces, la gestion des rebuts. Au niveau des hommes, il permet de gérer les habilitations, les calendriers, les appels téléphone, etc. Au niveau des produits, il permet de suivre les rafales de production et les rebuts. La solution Producim est « ouverte» aux automates programmables du marché via Ethernet et OPC. Elle constitue une solution modulaire facile à mettre en place et facile à utiliser.
Au final, ACI estime avoir amélioré de 5 à 10 % le rendement opérationnel de ses lignes.

Pin It on Pinterest